Interdiction de nourrir les oiseaux aquatiques

Le règlement 2008-06 stipule à son Article 13 que : « Il est interdit de nourrir les oiseaux aquatiques* sur les lacs et cours d’eau ainsi que dans le secteur riverain. »
*Les espèces de la famille des anatidés (canards, oies, cygnes) = sauvagine.

Nourrir les oiseaux aquatiques est pourtant très agréable et ce geste permet de voir ces oiseaux de près.

Pourquoi une telle interdiction ?

Les canards augmentent considérablement la pollution des lacs de baignade, tant au niveau des coliformes contenus dans leurs fientes qu'un ver microscopique (le cercaire) qui peut créer des problèmes cutanés chez l'humain (dermatite du baigneur, appelée parfois dermite du baigneur).

Un canard produit autant de d’excréments (matières fécales) que 5 humains ; en le nourrissant, il fréquente notre lac durant 220 jours. Trois familles de canards sur un lac, environ 5 canards par famille, c’est comme permettre à 75 humains (3 X 5 X 5) d’utiliser le lac comme fosse septique !

Pour nourrir les canards (et autres oiseaux aquatiques), les personnes riveraines utilisent du pain ou des mélanges de grains préparés pour les élevages de volailles. Ces aliments ne sont pas adaptés à leurs besoins et les déjections qu’ils entraînent représentent une source de pollution importante pour le lac. Ces animaux assimilent une partie seulement des éléments nutritifs, soit environ 60%. Le reste se retrouve dans leurs excréments et devient un excellent engrais pour les algues et les plantes aquatiques.

Charge en phosphore des différents fumiers en production agricole en kilogramme par tonne

  • Laitière : 0,5 à 1,5 kg/t
  • Bovine : 1,15 à 4,74 kg/t
  • Porcine : 1,5 à 3,1 kg/t
  • Aviaire (oiseaux) : 23,10 à 31,3 kg/t

À savoir :

1 gramme d’engrais phosphorés déversé dans un plan d’eau fournit assez d’éléments nutritifs pour produire 500 grammes d’algues et de plantes aquatiques.

  • 31300 gr de phosphore X 500 = 15 650 000 gr
  • Phosphore suffisant pour 15,6 tonnes d’algues (1 million de grammes = 1 tonne)

De plus, les gens pensent aider les oiseaux aquatiques en les nourrissant. C’est faux : L’énergie nécessaire à l’oiseau pour consommer le pain est plus grande que l’énergie contenue dans la mie !

S’ils manquent de nourriture, les oiseaux vont migrer et le problème va se résoudre de lui-même.

Pour aller plus loin

Source :

Adaptation des pages 77 à 79 du livre de Robert Lapalme, Protéger et restaurer les lacs, Bernard Dumont éditeur, collection Bouquins verts, 2006